Des sondages ont été réalisés en 2018 sur le site de la nécropole de Maison Blanche, commune de Pardines (Puy-de-Dôme), site découvert à la fin des années 1920 et ayant livré plus de 220 tombes à inhumation de la fin de l’Antiquité. Cette première phase exploratoire intervient à la suite de la reprise de la collection ancienne (mobilier et documentation de fouille) et d’une campagne de prospections géophysiques réalisée en 2015. Elle a permis de confirmer la préservation de squelettes encore en place et de circonscrire l’emprise de la nécropole sur ses bordures méridionale et occidentale. La fiabilité d’un certain nombre d’informations relevés lors des fouilles anciennes a également pu être constatée, principalement celles relatives à l’orientation des sépultures et aux profondeurs d’enfouissement des squelettes.

Vingt-et-une inhumations ont été mises au jour, en majorité orientées nord-ouest/sud-est. Sept d’entre elles ont été fouillées. Elles montrent la présence de coffrage en bois, d’aménagements de galets issus du substrat sur le pourtour et à l’intérieur des fosses. Une sépulture se distingue par sa construction à l’aide de grandes dalles carrées en terre cuite placées en bâtière. Un dépôt funéraire composé de vaisselle en céramique et en verre du IVe s. était présent dans trois sépultures. Une autre contenait de la parure en verre et en bronze, une dernière a révélé la présence de clous de chaussure. Les individus étaient enterrés allongés sur le dos, les bras présentant une flexion asymétrique, les mains placées sur l’abdomen ou au niveau du thorax. Malgré un état de conservation très variable des squelettes, l’étude biologique de l’analyse anthropologique a permis de déterminer quatre sujets adultes, dont un de sexe masculin, et un autre dont l’âge est compris entre 15 et 19 ans. La datation du mobilier et les résultats des analyses par le radiocarbone indiquent que des tombes ont été aménagées au IVe s., d’autres plus tardivement entre le deuxième quart du Ve s. et la première moitié du VIe s. Celles-ci sont généralement dénuées de dépôt de mobilier en dehors de quelques accessoires vestimentaires ou d’éléments de parure.

Les observations qui ont pu être faites lors de cette première campagne de sondages sont très encourageantes pour la compréhension de l’organisation de la nécropole, de l’architecture des tombes et des modes d’inhumation. La poursuite de l’exploration de ce site permettra l’acquisition d’un corpus suffisamment conséquent pour répondre aux questions laissées en suspens par la documentation ancienne. Ces données restent en grande partie inédites pour la région et font de Maison Blanche un site de référence pour la période de la fin de l’Antiquité, tant par le nombre de sépultures que par la quantité de mobilier associé.

Sépulture en bâtière (cliché S. Chabert, 2018)
Dépôt funéraire : vases à liquides et vase à solide (cliché S. Chabert, 2018)