Étudier le mobilier en verre consiste à analyser des objets et fragments d’objets fabriqués à partir de matière vitreuse, issus des fouilles archéologiques. Les observations réalisées se concentrent sur trois principaux critères :

  • La couleur du verre
  • L’aspect de la pâte
  • L’état de fragmentation et la forme du ou des fragments

Une des particularités du verre réside dans sa dureté et sa longévité. Ce matériau peut être recyclé, refondu et transformé un grand nombre de fois. En revanche les verres archéologiques connaissent deux causes d’altération majeures : l’eau et l’exposition prolongée à la lumière après leur sortie de terre, ce qui implique un traitement et un conditionnement particuliers.

Comment ?

On procède dans un premier temps au tri des fragments collectés en fonction de leur teinte. Le verre est naturellement d’une couleur bleu-vert. C’est l’ajout de divers minéraux lors de sa production qui permettent d’obtenir un matériau incolore, bleu foncé, jaune, violet, brun… L’observation de la pâte fournit des indices quant à sa technique de fabrication (moulé et pressé, soufflé à la volée, soufflé dans un moule…). Ensuite on opère un second tri en fonction des formes afin de déterminer le type d’objet.

 

Verre. Fragments couleurs et décors

Chaque fragment est inventorié et mesuré. Cette étape permet parfois de constituer des ensembles de fragments appartenant à un même objet. Leur remontage est rarement possible en raison des cassures nettes observées le plus souvent rendant cette opération particulièrement difficile.

Puis un dessin technique est réalisé pour compléter les informations relatives à l’objet.

Verre. Dessins

On peut dès lors tenter d’identifier plus précisément la forme et d’en donner une datation plus pou moins large par typo-chronologie. Depuis quelques dizaines d’années, un nombre important de monographies dans toute l’Europe ont permis d’établir de riches catalogues de formes du vaisselier et de la parure.

À l’issue de ce travail, et en replaçant les objets dans leur contexte de découverte, il est possible de proposer une synthèse à l’échelle du site.

 Verre.Pièces entières

 

Pourquoi ?

Comme pour la plupart des mobiliers archéologiques, l’étude de la verrerie peut permettre de donner une idée des usages qui en sont fait.

La qualité de fabrication du verre ou le répertoire des formes varie qu’il s’agisse de dépôts funéraires ou de vaisselle liée à la consommation quotidienne d’une maison. La présence de vitrage en quantité ou de luminaires peut indiquer l’aisance de la population présente dans un habitat cossu ou bien l’existence d’édifices publics et religieux dont l’architecture et l’aménagement sont différents. De même que certains contenants particuliers sont exclusivement dédiés aux échanges commerciaux. Enfin la présence de verre brisés en grande quantité, ou fondus conduira à un questionnement sur de possibles structures de production par exemple.

Autant d’indices qui peuvent aider à la compréhension globale d’un site lorsqu’ils sont mis en relations avec les autres études réalisées.

Qui ?

C’est une discipline accessible à tous, sous condition de minutie et de rigueur. L’essentiel étant d’établir un protocole d’étude le plus complet possible et de le suivre pas à pas afin de ne pas négliger d’informations utiles. Ce dernier est nécessairement appuyé par une connaissance approfondie des typologies et ouvrages de référence. Il ne faut pas non plus sous-estimer l’importance de la curiosité : elle permet d’enrichir les connaissances acquises au moyen de comparaisons toujours renouvelées grâces aux découvertes permanentes !

Pour aller plus loin…

www.afaverre.fr

Auteure : Julie Viriot

Téléchargez cette fiche au format .pdf : Fiche métier. Le verre. Aramea

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *